La Corée du Sud réduit la durée maximale hebdomadaire de travail de 68 heures à 52 heures afin d’accroître la productivité du pays et le nombre de naissances.

Mais la semaine de travail moyenne varie selon l’endroit où vous vivez dans le monde. Alors, quels sont les pays qui travaillent le plus ?

En mars, l’Assemblée nationale de la Corée du Sud a adopté une loi qui donnera à une partie importante de sa main-d’œuvre un répit bien mérité. C’est le pays développé qui a les heures de travail les plus longues, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Cette nouvelle loi entrera en vigueur en juillet 2018, bien qu’elle ne s’applique initialement qu’aux grandes entreprises avant d’atteindre les petites entreprises.

Malgré l’opposition des milieux d’affaires, le gouvernement sud-coréen estime que la loi est nécessaire pour améliorer le niveau de vie, créer plus d’emplois et stimuler la productivité.

L’exception à la règle

Le gouvernement sud-coréen croit également que le taux de natalité du pays, qui a considérablement diminué au cours des dernières décennies, pourrait même augmenter.

La Corée du Sud a des horaires de travail plus longs que n’importe quel autre pays développé : une moyenne de 2 069 heures par an, par travailleur, selon les données de 2016 compilées par l’OCDE.

L’analyse a porté sur 38 pays et a montré que seuls les Mexicains (2 225 heures/an) et les Costariciens (2 212 heures/an) travaillaient plus longtemps.

Les Sud-Coréens ont renversé une tendance mondiale : des études menées par l’Organisation internationale du travail (OIT) montrent que les pays à revenu faible et moyen ont tendance à travailler plus longtemps que leurs homologues plus riches, grâce à une multitude de facteurs qui incluent la proportion de travailleurs indépendants dans la population active, la baisse des salaires, l’insécurité de l’emploi et les questions culturelles.

Mais la Corée du Sud n’est pas le seul pays riche à défier la norme. Le Japon a un problème de « mort par surmenage », exprimé non seulement par les statistiques mais aussi par le fait que la langue japonaise a un mot pour cela : karoshi.

En termes plus spécifiques, le mot signifie que les employés meurent de maladies liées au stress (crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux) ou qui se suicident à cause des pressions du travail.

La moyenne de 1 713 heures travaillées par an au Japon n’est pas parmi les plus élevées de la liste de l’OCDE, mais au-delà de ce nombre, il y a la triste réalité que le pays n’a aucune législation stipulant une limite maximale d’heures hebdomadaires et aucune limite d’heures supplémentaires.

Au cours de la période 2015-16, le gouvernement a enregistré un nombre record de 1 456 cas de karoshi. Les groupes de défense des droits des travailleurs affirment que les chiffres réels pourraient être beaucoup plus élevés en raison du manque de signalement.

Selon les chiffres les plus récents de l’OIT, l’Asie est le continent où le nombre d’heures de travail est le plus élevé : la plupart des pays (32%) n’ont pas de limite nationale universelle pour la durée maximale hebdomadaire de travail et 29% ont des seuils élevés (60 heures hebdomadaires ou plus). Et seulement 4 % des pays respectent les recommandations de l’OIT et fixent les normes internationales du travail à un maximum de 48 heures ou moins pour la semaine de travail.

Dans les Amériques et les Caraïbes, 34 % des pays n’ont pas de limite d’heures hebdomadaires universelles, le taux le plus élevé dans la région. L’un des pays sans limite sont les États-Unis.

Mais c’est au Moyen-Orient où les limites légales sont plus larges pour les longues heures : huit pays sur dix autorisent des heures de travail hebdomadaires supérieures à 60 heures par semaine.

En Europe, cependant, tous les pays ont une durée maximale hebdomadaire, et seuls la Belgique et la Turquie ont une durée légale de travail supérieure à 48 heures.

Les villes « accro au travail »

Mais c’est en Afrique que l’on trouve le plus grand nombre de pays dans lesquels plus d’un tiers de la population active travaille plus de 48 heures par semaine. Le taux en Tanzanie, par exemple, est de 60 %.

Des enquêtes ont également identifié les villes en termes d’heures moyennes. En 2016, la Banque Suisse UBS a publié une analyse de 71 villes qui montrait que Hong Kong avait une moyenne de 50,1 heures de travail hebdomadaire, devant Mumbai (43,7), Mexico (43,5), New Delhi (42,6) et Bangkok (42,1).

Les Mexicains, en plus des heures les plus longues, sont également soumis à l’un des systèmes de vacances les plus minces du monde : leur congé annuel minimum légal payé est inférieur à 10 jours, comme au Nigeria, au Japon et en Chine, par exemple, alors que le Brésil offre un minimum de 20 à 23 jours.

Mais cela pourrait être pire. En Inde, où il n’existe pas de limite nationale universelle pour le nombre maximal d’heures de travail, les travailleurs ne bénéficient pas d’un nombre minimum garanti de congés annuels.