Créé en 1966 par François et Jacqueline Sommer, le Club de la Chasse et de la Nature s’intègre dans un dispositif plus large, celui de la Fondation de la Maison de la Chasse et de la Nature. Celle-ci est née de l’ambition de François Sommer, passionné de chasse et industriel engagé, de promouvoir un certain nombre de valeurs, telles que la chasse raisonnée et la protection de l’environnement.

En plus du club, la fondation héberge également le Musée de la Chasse et de la Nature. Ces établissements se situent dans l’Hôtel de Guénégaud, à Paris.
Un club centré autour de valeurs humanistes

Association régie par la loi de 1901, le Club de la Chasse et de la Nature compte 850 membres de tous âges et de tous horizons. Selon François Sommer, peut intégrer le Club toute personne se définissant comme “un chasseur sportif indiscutable ou un véritable ami de la nature, sans distinction de classe sociale ». Les objectifs du club ? Concilier chasse responsable et préservation de la nature mais également le partage du patrimoine et la vigilance quant à la consommation des ressources naturelles. Lieu d’échanges internes et inter-cercles, grâce à son rayonnement international, le Club de la Chasse et de la Nature organise aussi des événements destinés tant aux particuliers qu’aux professionnels.

Le Club de la Chasse et de la Nature, défenseur de la culture cynégétique

Défenseur du patrimoine scientifique et artistique

Avec plus de 70 000 visiteurs en 2016, le Musée de la Chasse et de la Nature abrite un grand nombre d’œuvres artistiques. Cette même année, le club fait l’acquisition de nouvelles œuvres majeures et commande même la réédition de bronzes anciens à David de Gourcuff, fondeur et lauréat Dialogues 2017 du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main. En ce moment, le club propose de découvrir les natures mortes photographiques de Pauline Planchon. Autre nouveauté, le Prix Beaux Arts, spécialement dédié aux jeunes artistes, et octroyé pour la première fois cette année. Ce prix récompense les œuvres de nouvelles figures de l’art.

Par ailleurs, le club soutient les nombreuses avancées scientifiques et les réflexions éthiques autour de la cynégétique. Dans ce cadre, il a organisé plusieurs conférences, dont une sur la bécassine et son biotope, en novembre, et une autre sur les dérives génétiques appliquées au gibier.

Promoteur du patrimoine vivant cynégétique

Une fois par an, le Club de la Chasse et de la Nature propose une messe pour célébrer la Saint-Hubert, ainsi que des rendez-vous dédiés à la musique cynégétique, avec le soutien de sa chorale. Des formations de trompes de chasse sont aussi invitées.

Défenseur du patrimoine littéraire

Le club est également très impliqué dans la valorisation du patrimoine écrit. La bibliothèque de la Fondation François Sommer publie des écrits de chasse et de la littérature cynégétique contemporaine. Ainsi, les membres ont rédigé des histoires retraçant 50 années de chasse, rassemblées dans un recueil paru en 2016. Récemment, le club a fait l’acquisition de nouvelles œuvres littéraires cynégétiques, comme celle de Philippe Dulac intitulée « Une vie au service du Roi D’Yauville, Commandant de la vénerie de Louis XV ».
En collaboration avec le Musée de la Fondation, le club organise aussi des colloques et des vernissages. Il se positionne comme un point de rencontres et de discussions autour des ouvrages consacrés à la cynégétique. Enfin, le club fait quotidiennement la promotion du fonds documentaire du Musée de la Chasse et de la Nature enrichi par les dons de la bibliothèque Forney et de la ville de Paris.

Lieu de formation

Le Club de la Chasse et de la Nature organise des formations, notamment en matière de connaissance des zones humides. Il met aussi en place des sessions de préparation au permis de chasse grand gibier et de sensibilisation aux questions environnementales contemporaines. Son domaine situé à Belval propose une école de tir et un apprentissage des bonnes pratiques en matière de chasse.