A la tête d’I-Deal Development, Frédéric Bonan fait profiter les PME de sa riche expérience acquise tout au long de son parcours personnel et professionnel. Spécialisé dans les domaines des SSII, des société de conseil ou service ainsi que de petits groupes industriels, de l’outsourcing et des opérations de haut de bilan, il sait surtout combien l’élément humain est au cœur de la réussite.

 

 Se former, progresser et faire avancer

 

Conscient des réalités de la vie en entreprise et de l’importance de la complémentarité des compétences, Frédéric Bonan ajoute rapidement à son diplôme d’ingénieur de l’ENSMA (École Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aéronautique) un Mastère de Marketing et Management de l’ESSEC (École Supérieure de Sciences Economiques et Commerciales).

Il rejoint ensuite Altran où il passe rapidement d’ingénieur d’affaires à responsable du développement et du marketing. En plus des augmentations exceptionnelles du chiffre d’affaires, Frédéric Bonan se concentre déjà sur ce qui est un de ses cœurs de métiers : l’ouverture aux marchés étrangers et le recrutement..

Au fil des années, il progresse dans le groupe Altran, contribuant à son expansion et à sa prospérité. Sous sa direction, l’entreprise acquiert plus de 150 sociétés dans le monde, recrute jusqu’à 3 500 ingénieurs par an et multiplie par plus de quatre le CA en cinq ans. Pendant les six années au cours desquelles il occupe le poste de directeur général du groupe et membre de conseil d’administration, le nombre de collaborateurs passe de 4 350 à 18 000 et le chiffre d’affaire de 290 M d’€ à 1 400 M d’€. Altran devient leader mondial et le restera.

La vocation du conseil

 

Son parcours au sein d’Altran a permis à Frédéric Bonan de prouver l’intérêt qu’il portait aux trajectoires personnelles et au développement individuel de ses collaborateurs. Particulièrement sensible à l’élément humain, il s’est employé à valoriser les personnalités à fort potentiel, à percevoir les leviers de motivation et de démotivation et à organiser des structures assurant une formation continue au cœur de l’entreprise.

Ce sont ces valeurs et ce savoir-être, autant que son savoir-faire, qu’il a emmenés avec lui lors de la création de son cabinet de conseil I-Deal Development. Tourné vers les PME, mais s’adressant aussi bien aux investisseurs qu’aux chefs d’entreprise, aux actionnaires qu’aux conseils d’administration, ils les accompagnent dans les moments critiques de franchissement de seuils de croissance.

Depuis plus de dix ans, il les aide à redéfinir une stratégie opérationnelle et capitalistique, à accompagner l’augmentation de capital, la cession ou la reprise, à créer de la valeur pour les actionnaires… Coaching de dirigeant ou résolution de difficultés spécifiques rencontrées par l’entreprise, Frédéric Bonan veille à ce qu’I-Deal Development fournisse à chacun de ses clients une réponse personnalisée, originale et efficace.

Aujourd’hui, le cabinet qu’il a fondé se compose de six chargés d’affaires permanents et s’appuie sur un réseau de quinze experts. Il a à son actif la réalisation de plus de 300 opérations de haut de bilan pour des PME dont le chiffre d’affaires est compris entre 1 et 100 M d’€.

S’il s’investit beaucoup à la tête d’I-Deal Development, Frédéric Bonan intervient aussi le milieu associatif.

 

Quelques mots sur I-Deal Development…

Accompagner les PME à se développer et à créer de la valeur. Tel est l’objectif de I-Deal Development, un cabinet créé en 2005 par l’ancien CEO d’Altran, Frédéric Bonan. Un objectif si simple à formuler, et si difficile à atteindre pour la plupart des petites et moyennes entreprises.

 

Conseil stratégique et conseil en opérations, les deux axes d’I-Deal Development

 

Depuis plus de dix ans, I-Deal Development accompagne la croissance des PME et des filiales de grandes sociétés qui réalisent un chiffre d’affaires annuel de 5 à 100 millions d’euros. La stratégie du cabinet s’articule autour de deux axes, le conseil stratégique et le conseil en opérations de haut de bilan. Ce deuxième volet inclut les fusions et les acquisitions (M&A), les opérations à effet de levier (LBO, MBO, OBO, LMBO, BIMBO, MBI), les levées de fonds et de dettes ainsi que les augmentations de capital. Les enjeux financiers, légaux et stratégiques de ces opérations étant importants, elles nécessitent une expertise et un savoir-faire que seuls possèdent les cabinets spécialisés. Avec la collaboration de ses clients, I-Deal Development met en place une stratégie sur mesure adaptés aux objectifs fixés, au marché et à la nature des acteurs impliqués. Pour Frédéric Bonan, la difficulté de l’exercice est de trouver le bon équilibre entre trois facteurs clés. D’une part, le management de l’entreprise que conseille I-Deal Development : ses ambitions, ses compétences et ses contraintes. Vient ensuite le facteur de la société elle-même : son offre, ses équipes, les méthodes qu’elle utilise et les moyens dont elle dispose. Enfin, le cabinet de conseil se doit de prendre en compte l’aspect financière : la solidité de la société, sa rentabilité, le retour sur investissement.

Il faut donc connaître les managers et le management, les entreprises et leur contexte.

Un cabinet piloté par un homme d’expérience

 

Ingénieur ENSMA et titulaire d’un mastère de marketing (ESSEC), Frédéric Bonan possède une solide expérience dans l’univers du consulting. Ancien PDG d’Altran, il a accumulé en plus de dix ans une expertise en conseil aux entreprises et découvert plusieurs marchés en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique du Sud. Après avoir quitté Altran en 2003, il a occupé le poste de président du conseil d’administration du cabinet de conseil Arthur D. Little avant de fonder sa propre société, I-Deal Development.

Des partenaires de renom

 

S’appuyant sur son réseau composé de 6 chargés d’affaires et de 15 consultants, I-Deal Development a depuis sa fondation mené près de 300 opérations de haut de bilan. Le cabinet a notamment accompagné MC Next dans sa cession au groupe Econocom, ainsi que celle de Sira Maroc à Segula Technologies. Il a également participé à l’acquisition du groupe Sira par le groupe Aequs Aerospace.