Charles Rosier et Augustinus Bader, quand business et médecine font bon ménage.

Charles Rosier et Augustinus Bader, quand business et médecine font bon ménage.

Charles Rosier, entrepreneur et homme d’affaires, a toujours été féru de science et de médecine. Depuis plusieurs années, il est associé au professeur Augustinus Bader, spécialiste en médecine régénérative et à l’origine d’un traitement basé sur les cellules souches. Récit d’une rencontre féconde au service d’un projet humain et innovant.

Charles Rosier place le business au service de la recherche médical

Charles Rosier est né à Paris en 1973. Dès l’adolescence, il s’intéresse aux sciences, à la médecine et à cette machine mystérieuse qu’est le corps humain. Collégien, il se passionne pour les disciplines scientifiques, plus particulièrement les sciences de la vie et de la terre. Lycéen, il prépare un baccalauréat scientifique et hésite longtemps à s’engager dans des études de médecine. Il y renonce finalement pour s’orienter vers son autre passion : le monde des affaires et l’entrepreneuriat. Mais cette passion pour l’univers scientifique ne l’a jamais abandonné. Il ne cesse de s’intéresser à la médecine, restant à l’affut des dernières avancées de la recherche. Charles Rosier est la preuve vivante qu’il est tout à fait possible, à force de volonté et d’imagination, de concilier deux passions. Dès les premières années de sa vie professionnelle, l’homme d’affaires investit une partie de ses économies personnelles dans Miravant, une société spécialisée dans les biotechnologies. Miravant mène des activités de recherche et développement dans le domaine des traitements de lutte contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). En 2008, Charles Rosier soutient les recherches du professeur Etienne Emilie Baulieu. Fondateur de l’Institut Baulieu, Etienne Emilie Baulieu a créé en 2000 MAPREG, une société de biotechnologie spécialisée dans la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux, la tétraplégie, les troubles neurologiques et les troubles de dépression. C’est en 2013 que Charles Rosier fait la découverte des travaux du professeur Augustinus Bader sur la régénération cellulaire. Impressionné par les résultats de ses recherches et animé par la volonté de contribuer à un projet utile pour la société, il prend l’initiative de le contacter. Les deux hommes se rencontrent et choisissent de s’associer pour développer l’application médicale des traitements créés par le professeur. Depuis cette date, Charles Rosier consacre 100% de son activité professionnelle à ce projet.

Augustinus Bader, pilier de la médecine régénérative

Le professeur Augustinus Bader est, depuis la fin des années 1990, directeur de biologie cellulaire appliquée et de technologie cellulaire à l’Université de Leipzig en Allemagne. Reconnu par ses pairs comme un chercheur de talent, Augustinus Bader consacre ses travaux à la médecine régénérative. Il est à l’origine d’un traitement innovant fondé sur l’utilisation de ces cellules souches. L’originalité de la démarche tient à la méthode utilisée. Sans entrer dans les détails scientifiques et techniques, rappelons que la méthode classique se compose de trois étapes. La première consiste en l’extraction des cellules souches d’un corps humain, la seconde en la culture de ces cellules en laboratoire (ingénierie tissulaire) la troisième en l’injection des cellules dans un autre corps humain. Cette technique comporte plusieurs inconvénients. Elle est tout d’abord très onéreuse et expose à des risques de rejet non négligeables et augmente le risque de cancer sur le moyen et long terme. La méthode de médecine régénérative développée par Augustinus Bader se veut à la fois moins coûteuse, plus efficace et plus sûre. Résumée en quelques mots, elle consiste à envoyer des signaux aux cellules souches dormantes du patient pour les activer et enclencher un processus de régénération. Le patient développe ses propres cellules souches, ce qui élimine de facto le risque de rejet. La méthode a été baptisée « méthode ABC », pour « Activate, Boost, Commit ». Les travaux d’Augustinus Bader, qualifiés par certains de révolutionnaires, ont fait de ce chercheur l’une des références mondiales dans le monde de la biomédecine. Le traitement développé par le chercheur a fait l’objet de nombreux essais cliniques et de plusieurs dépôts de brevet. Il est utilisé par des chirurgiens depuis plus de dix ans, notamment dans le traitement des blessés et des personnes victimes de graves brûlures. La méthode d’Augustinus Bader a également été appliquée dans le traitement de patients malades de Parkinson. Elle a aussi stoppé l’évolution d’une sclérose en plaque ou encore évité la tétraplégie à un patient dont la moelle épinière était grièvement endommagée. Ce sont ces succès très prometteurs qui ont conduit Charles Rosier à collaborer avec le professeur de Leipzig.

Une collaboration au service d’un projet socialement utile

Au cœur de cette collaboration entre Charles Rosier et Augustinus Bader, il y a une conviction, un espoir : celui de réussir à guérir de nombreuses maladies aujourd’hui mal soignées. De cette rencontre fructueuse entre l’entrepreneur et le chercheur, deux sociétés ont vu le jour : ASC Skin Therapeutics et ASC Regenity, toutes deux basées à Londres. ASC Skin Therapeutics a été créée pour explorer les applications médicales possibles du traitement développé par le professeur Augustinus Bader. La structure ASC Regenity, quant à elle, a été fondée pour organiser la commercialisation d’une crème antivieillissement conçue pour le visage. Elaborée à partir du traitement d’Augustinus Bader, cette crème a pour particularité de réunir plus de 40 principes actifs : des vitamines, des lipides, des protéines, des acides aminés. Son utilisation permet de reconstituer la jeunesse et l’élasticité de la peau. L’objectif derrière cette activité est d’utiliser une partie des recettes issues de la vente de cette crème pour financer les recherches d’Augustinus Bader et les essais cliniques. Ce qui motive ces deux hommes passionnés, c’est un désir sincère de servir l’intérêt général et la conviction de participer à un projet de santé publique. Ils ont d’ailleurs fondé, en parallèle à ces deux sociétés, un organisme caritatif ayant pour but de venir en aide aux personnes qui n’ont pas les moyens financiers d’accéder à un traitement. Cet organisme finance notamment des équipements pour la rééducation des patients. C’est un aspect de leur projet qui leur tient particulièrement à cœur. Plusieurs investisseurs de renom ont rejoint cette aventure au développement prometteur, dont Jacques Veyrat, connu pour ses activités de chef d’entreprise et ancien PDG du Groupe Louis Dreyfus. Signe de son succès, la crème « Augustinus Bader » a été nominée dans l’édition 2018 des British Vogue Beauty Awards. C’est avec impatience que sont attendues les nouvelles applications médicales de la méthode « ABC ».
Comment Charles Passereau a digitalisé les métiers d’avocat, d’expert-comptable et de RH ?

Comment Charles Passereau a digitalisé les métiers d’avocat, d’expert-comptable et de RH ?

Diplômé de l’Ecole des Dirigeants et Créateurs d’Entreprises (EDC), Charles Passereau a le goût de l’entrepreneuriat dans le sang. A tout juste 30 ans, ce passionné de Web a déjà créé plusieurs sociétés à succès dans le domaine de la mise en relation en ligne entre les professionnels et les entreprises. Son objectif ? Contribuer à la transition numérique de certains métiers. Pour cela, il a déjà créé trois entités : Mon-avocat.fr, CV Star et Le guide des experts comptables.

Une plateforme pour développer le business des avocats

Le métier d’avocat est la première profession que Charles Passereau décide de digitaliser. En 2014, il fonde BPM Media avec Benjamin Bing et développe le site web « mon-avocat.fr » dans la foulée. Il faut dire que le contexte est propice : depuis mars 2014, la loi Hamon autorise les avocats à promouvoir leur profession afin de trouver de nouveaux clients. Une bonne nouvelle pour un marché ultra-concurrentiel et qui connaît une croissance énorme : le nombre d’avocat a été multiplié par 2 en 10 ans et 2 000 nouvelles recrues rejoignent les rangs tous les ans. La LegalTech, qui rassemble toutes les entreprises qui utilisent la technologie et les logiciels pour proposer un service juridique, connaît quant à elle un essor à cette période. Il ne manquait plus qu’une plateforme pour mettre toutes ces personnes en relation.

Aujourd’hui, le site mon-avocat.fr est devenu une référence dans la profession avec plus de 3 000 avocats inscrits. 20 000 contacts sont générés tous les mois et le taux de transformation s’élève à 30%. Un succès qui a permis à Charles Passereau de revendre l’entreprise en 2018 au groupe W3 et qui lui a donné très vite d’autres idées…

Charles Passereau facilite la recherche d’experts-comptables

Après les avocats, pourquoi ne pas aider les experts-comptables à trouver des clients grâce au web également ? C’est la question que s’est posée le jeune entrepreneur avant de lancer le site « meilleur-expert-comptable.fr » en octobre 2017. Là encore, le contexte était propice à la digitalisation : le nombre d’experts-comptables a augmenté de 34% entre 2014 et 2018, ce qui a renforcé la concurrence. Avec le nombre croissant d’auto-entrepreneurs et de créateurs de petites entreprises en France, la demande a explosé. D’ailleurs, aujourd’hui, 50% des entreprises cherchent des experts-comptables sur internet. Enfin, il n’existait pas d’annuaire fiable permettant de trouver une information complète sur les experts-comptables.

Comme pour mon-avocat.fr, meilleur-expert-comptable.fr est un site de mise en relation, mais cette fois entre experts-comptables et entreprises. En moyenne, les professionnels présents sur la plateforme établissent 15 contacts par an avec un taux de transformation de 50%. La plateforme a remporté le 2e prix dans la catégorie « Compta Tech » dans le palmarès du magazine Le Monde du Chiffre, une référence dans la profession.

CV Star : une prise en charge du recrutement

 Dans son parcours d’entrepreneur, Charles Passereau s’est également entouré d’autres créateurs d’entreprises passionnés. Avec Raphaël Rouillard et Youri Lavroff, il fonde LPCR RH en 2015 et édite le site « cv-star.com ». Les équipes de CV Star trient les CV et les qualifient en contactant les candidats. Ils peuvent ainsi envoyer les 10 meilleurs CV aux entreprises. Un principe qui vient faciliter le métier de RH grâce au web.

La plateforme est une solution intermédiaire entre le site de recherche d’emplois Monster et les cabinets de recrutement. Jusqu’ici, les entreprises n’avaient que ces alternatives. Elles devaient soit passer beaucoup de temps à trier les CV, soit dépenser des sommes importantes (autour de 8 000€ pour les cabinets). L’autre point fort de la plateforme : le sourcing. Des sourceurs sont présents en interne et vont chercher les CV manuellement afin de gagner en exhaustivité et en rapidité.

Charles Passereau, entrepreneur et Business Angel

Lorsque l’on est entrepreneur, on connaît les difficultés à trouver des fonds. C’est pourquoi Charles Passereau investit lui-même dans des sociétés en tant que Business Angel. Des projets qui lui semblent prometteurs, découverts par le biais de son réseau. Il a notamment soutenu cinq sociétés dans des domaines très différents :

  • krankapp.com, une application qui permet d’organiser des matchs de football entre amis
  • hello-serena.com, un fabricant de tampons biologiques
  • cleany.fr, une société de nettoyage de bureaux à Paris
  • revolut.com, une application bancaire en ligne
  • waynewatches.com, un site de vente en ligne de montres

Par ailleurs, dans cette volonté de venir en aide, le jeune entrepreneur est également membre de l’association Le Refuge de Pantin. Cette association vient en aide aux personnes sans domicile fixe en leur proposant un logement.

Vous envisagez devenir freelance ? Réfléchissez d’abord à ce qui suit

Vous envisagez devenir freelance ? Réfléchissez d’abord à ce qui suit

En tant que freelance à plein temps, je fais mes propres heures, je suis mon propre patron et je m’occupe de tout moi-même. Je suis responsable de m’assurer que j’ai assez de travail et que je suis payé pour les projets que je réalise.

C’est un mode de vie enrichissant mais difficile. J’ai une liberté démesurée, mais elle a un prix. Du côté positif, mon horaire flexible m’a permis d’être plus facilement un père et un mari. Mon fils, par exemple, est en vacances depuis deux mois, et j’ai pu l’emmener à la plage, dans des parcs d’attractions et à diverses autres sorties.

Pour ce faire, cependant, j’ai dû travailler tôt le matin, tard le soir et à peu près tous les week-ends. Cela a marché pour moi, mais pas pour tout le monde. Il en va de même pour les indépendants à temps plein en général. Avant de franchir le pas, considérez ces inconvénients potentiels.

Vous n’avez pas de salaire standard

J’ai de la chance d’être rédacteur contractuel à plein temps pour Motley Fool. Je ne reçois pas un salaire traditionnel, mais j’ai tout le travail dont j’ai besoin et je suis payé régulièrement.

Au début des années 2000, lorsque j’ai tenté d’être freelance à plein temps, je n’ai pas eu cette chance. Je travaillais pour plusieurs employeurs, et certains d’entre eux étaient très lents à payer. C’était une période difficile où je me débrouillais bien sur le plan technique, mais où je devais toujours faire face à des problèmes de trésorerie.

Vous devez payer vos propres avantages

La plupart des gens qui ont un emploi à temps plein bénéficient d’une mutuelle et d’une sorte de prestations de retraite de leur employeur. En tant que freelance à plein temps, vous devez payer ces avantages vous-même.

Il est possible de faire les deux. Il existe de multiples méthodes qu’un freelance à temps plein peut utiliser pour épargner en vue de la retraite. La mutuelle peut être obtenue facilement auprès des compagnies d’assurance ou par l’intermédiaire d’associations professionnelles.

Votre temps libre dépend de vous

Prendre du temps libre, c’est ne pas faire d’argent pendant la période où vous ne travaillez pas. Cela ne veut pas dire que les freelances à plein temps ne prennent pas de congé. Au lieu de cela, il faut planifier à l’avance. Si je veux prendre une semaine de congé, je commence généralement à travailler davantage tous les jours pendant environ un mois à l’avance.

Essentiellement, je renfloue mon compte bancaire pour pouvoir me payer moi-même pendant mes vacances. Certains freelances utilisent une méthode différente et établissent leur budget annuel ou leurs prévisions de revenus en fonction de 49 ou 50 semaines de travail par an.

Il n’y a pas de jours de maladie

Les vacances peuvent être planifiées ; la maladie est plus difficile à prévoir. Du côté positif, puisque je travaille à la maison, certaines maladies qui m’empêcheraient d’aller au bureau ne m’empêchent pas de travailler. Dans d’autres cas, si je suis malade pendant un jour ou deux, je peux simplement rattraper le travail pendant le week-end.

En général, j’essaie de planifier une semaine de congés imprévus. Il peut s’agir d’une maladie, d’une obligation imprévue comme des funérailles ou d’avoir à aider un membre de la famille. Ce n’est pas une science exacte, et il y a un risque de contracter une maladie à long terme qui me paralysera pendant plus d’une semaine.

Savoir dans quoi vous vous embarquez

Être freelance à plein temps a été une expérience merveilleuse pour moi, mais cela demande une discipline extraordinaire. Je pourrais facilement passer plus de temps à la piscine ou à la plage. Il est plus facile de faire n’importe quoi quand on travaille pour soi-même.

Pour lutter contre cela, je m’en tiens à des quotas stricts. Oui, je vais à la plage cet après-midi, mais seulement après avoir terminé le travail que j’ai l’intention de faire aujourd’hui, et après avoir fait quelques heures de travail pendant le week-end pour avoir de l’avance.

La nouvelle plateforme de marketing digital de Dolist

La nouvelle plateforme de marketing digital de Dolist

Plateforme de marketing digital fondée en 2000, Dolist est une entreprise française présente dans 3 villes européennes, à savoir Paris, Bordeaux et Madrid. En tant qu’expert du e-marketing et de l’utilisation intelligente des données, Dolist conçoit et déploie des campagnes marketing dans le but de créer et d’entretenir des relations durables entre les marques et leurs publics cibles. Pour aider sa clientèle à mieux appréhender les évolutions du marché et des technologies digitales, Dolist leur offre une panoplie d’outils et de services destinés à améliorer la communication digitale.

Organisation et collecte des données

Convaincu qu’une campagne marketing efficace ne saurait se passer d’une organisation efficace des informations recueillies, Dolist aide ses clients à organiser les données qu’ils collectent. Ses équipes interviennent notamment dans la centralisation et la structuration des données, ainsi que dans la synchronisation des systèmes d’information. L’ensemble de ces actions permettent ensuite de créer des programmes pertinents de marketing relationnel.

Dolist ne se contente pas que d’organiser les données collectées par le client. L’entreprise intervient également dans l’optimisation du processus de collecte. Elle aide ses clients à sécuriser leur développement futur en enregistrant constamment de nouveaux contacts. Elle les aide aussi à mettre au point un système de collecte multi-canal, qui est plus efficace et qui requiert moins de temps. Avec Dolist, les entreprises sont sûres d’améliorer le niveau d’engagement de leurs contacts en collectant les bonnes informations.

Conception de messages optimisés

Dolist aide les firmes à optimiser leurs e-mails afin de se démarquer et encourager leurs contacts à interagir avec leur marque. L’agence les aide dans la conception de leurs e-mails, dans l’application des meilleures pratiques de codage HTML, la personnalisation de leur contenu, et l’augmentation de leur taux de conversion.

Au bas mot, Dolist aide les entreprises qui le souhaitent à optimiser l’efficacité de leurs campagnes marketing. Par la conception de messages attractifs qui s’affichent avec clarté sur tous les types d’appareils, L’agence aide ses clients à atteindre leur cible. Elle les aide à avoir plus d’impact par la mise au point de messages qui sont en phase avec leur identité visuelle et leurs idéaux.

Test et mesure de performance des campagnes marketing

Dolist permet aux entreprises de savoir ce qui fait réagir leur public, ainsi que les faiblesses de leur approche actuelle. Cette agence de marketing les aide à mesurer l’impact réel de leurs campagnes et leur retour sur investissement. Ce faisant, elle leur permet d’améliorer leurs techniques et les aide à prendre des décisions basées sur des faits réels.

Avec Dolist, les compagnies peuvent tester différentes versions du même message sur un échantillon de contacts et utiliser le résultat pour optimiser la stratégie marketing globale. Elles peuvent aussi mesurer l’impact du changement d’une ou de plusieurs composantes.

Formation du personnel

Dolist souhaite partager son expertise afin d’aider sa clientèle à développer ses compétences et à optimiser ses projets marketing grâce à une gamme de programmes de formation adaptés à leurs besoins. L’agence a, pour ce faire, conçu un ensemble de formations qui aident les entreprises à développer leurs compétences et à maîtriser les défis spécifiques du marketing numérique.

Dispensés par des professionnels expérimentés, ces cours ont tous un objectif commun: aider le client à devenir plus indépendant. Dolist dispense des cours en data & marketing digital, des formations techniques, ainsi que des tutoriels sur l’utilisation de sa plateforme de marketing numérique.

En plus des formations, l’entreprise propose également de la documentation relative à des études de cas. Ces ouvrages découlent de travaux préalablement réalisés par cette agence marketing. Ils coànstituent de précieux guides pour les responsables des départements marketing qui souhaitent approfondir leurs connaissances du marketing digital.

5 outils de réseaux sociaux pour booster votre image de marque et votre marketing

5 outils de réseaux sociaux pour booster votre image de marque et votre marketing

Les communautés en ligne font partie d’Internet depuis sa création. Les réseaux sociaux sont devenus un phénomène mondial. Ils sont bien plus qu’un simple engouement. En fait, il y a environ 2,62 milliards d’utilisateurs sur les réseaux sociaux en ligne. On s’attend à ce que ce nombre passe à plus de 3 milliards de personnes d’ici 2021.

Pour cette raison, les réseaux sociaux sont un outil de marketing entrant parfait pour les entreprises, en particulier pour celles qui aspirent à élargir leur public de manière organique. Pour ce faire, il est impératif d’utiliser des méthodes éprouvées dans les réseaux sociaux pour créer une campagne de marketing réussie qui produira des résultats concrets.

Examinons cinq outils de réseaux sociaux que vous pouvez utiliser pour stimuler les efforts de marketing et de branding de votre entreprise.

1/ Utilisez les annonces dynamiques de Facebook

La création de publicités mobiles sur les réseaux sociaux donne aux clients potentiels la possibilité de consulter et d’acheter vos produits en ligne de façon pratique. Facebook a constaté que 49 % des achats en magasin sont influencés par les engagements numériques.

Avec les publicités dynamiques de Facebook, les entreprises peuvent relier leurs publicités à leurs produits locaux. Cela vous permet de personnaliser des publicités créatives en fonction des catalogues d’inventaire de produits, des promotions et des prix. Par exemple, avec Dynamic Ads, un magasin de détail peut lancer un événement de vente à l’échelle nationale qui se déroule à chaque emplacement physique. Cependant, ces publicités n’afficheront que les produits qui sont disponibles dans un magasin à proximité.

2/ Influencez les visites hors ligne avec des promotions en ligne

Votre objectif global devrait être d’influencer les clients potentiels à acheter vos produits en ligne ou à visiter votre magasin pour effectuer un achat.

Bien que 42 % des consommateurs préfèrent acheter leurs produits en ligne, vous pouvez inciter les clients à visiter vos magasins pour bénéficier de promotions et de rabais exclusifs. En fait, 90 % des utilisateurs de Twitter disent qu’ils suivent les magasins de détail sur les réseaux sociaux précisément pour cela.

L’une des méthodes les plus efficaces pour attirer le trafic des réseaux sociaux vers votre magasin physique est d’organiser des événements hors ligne et de les promouvoir sur les réseaux sociaux. Si vous êtes à la recherche de moyens créatifs pour influencer les visites hors ligne de votre entreprise, jetez un coup d’œil à ces conseils.

  • Organisez des événements gratuits dans vos magasins. Si vous dirigez un café-restaurant, vous pourriez organiser un événement de dégustation de café gratuit pour vos clients actuels et nouveaux, tout en faisant la promotion de l’événement sur les réseaux sociaux. C’est une façon parfaite de créer des expériences positives pour les consommateurs avec votre marque.
  • Organisez un tirage au sort dans un magasin. Les gens adorent les articles gratuits, c’est pourquoi la tenue d’un tirage en magasin et sa promotion sur vos canaux de réseaux sociaux est un moyen idéal d’attirer des leads significatifs et des opportunités de vente dans votre magasin. Lorsque vous créez ces événements, soyez conscient de la nécessité de promouvoir la notoriété de la marque. En utilisant l’exemple précédent, il n’y a aucun sens à offrir un iPad si vous tenez un café. Essayez de promouvoir et de donner vos propres produits de marque pour susciter un intérêt généralisé pour votre marque.
  • Évitez de recourir à des promotions excessives. Augmenter l’engagement de votre public sur les réseaux sociaux, c’est comme retenir l’attention d’un enfant de trois ans, de sorte que les entreprises ont souvent recours à des promotions excessives sur les réseaux sociaux pour attirer l’attention de leur public. Il est essentiel d’éviter de faire des codes-coupons et des promotions l’élément central de votre engagement auprès de votre public sur les réseaux sociaux.

3/ Encouragez les clients à laisser des commentaires

Le pouvoir des commentaires en ligne n’est pas comparable à celui des entreprises de vente au détail désireuses d’établir leur crédibilité en ligne auprès de leurs clients. Il s’avère que 90 % des consommateurs consultent les avis en ligne avant de visiter un magasin de détail ou d’effectuer un achat. De plus, 88 % des consommateurs font autant confiance aux commentaires en ligne qu’aux recommandations du bouche-à-oreille.

Puisque les commentaires en ligne sont un outil fiable et éprouvé pour les consommateurs, vous devez vous concentrer sur la collecte de commentaires positifs pour votre entreprise pour informer les clients potentiels que votre entreprise est digne de confiance. Google et Facebook sont la première source d’avis en ligne pour les consommateurs. Demander à vos clients de laisser des commentaires en ligne est le moyen le plus simple et le plus direct pour obtenir des commentaires en ligne.

Si vous avez reçu un avis négatif, ne vous découragez pas. Il est préférable de répondre aux critiques négatives de façon professionnelle en offrant aux clients un service ou un remboursement en temps opportun. Si vous avez reçu un commentaire particulièrement inapproprié, vous pouvez le signaler ou le rapporter à Google ou à Facebook, et il pourrait être supprimé après évaluation.

4/ Prenez des photos à couper le souffle

Dans une étude réalisée en 2012 à l’initiative de la société de marketing de contenu Skyword, il a été constaté que de belles photos très visuelles ont entraîné une augmentation de 94 % du nombre total de consultations sur les réseaux sociaux. Cette étude, combinée au fait que les millénaires ont une affinité pour les photos incessante, devrait vous motiver à créer et afficher des photos à couper le souffle qui résonnent avec votre marque en ligne.

Pour embellir votre fil sur les réseaux sociaux, vous pouvez investir dans un appareil photo de haute qualité ou un logiciel d’édition pour vous assurer que vos photos captiveront votre public cible.

5/ Connaissez votre réseau

Il existe de nombreux réseaux sociaux qui peuvent être utilisés au profit de votre entreprise. Cependant, vous pourriez commettre une grave erreur en supposant que tous ces réseaux ont les mêmes avantages et hébergent les mêmes données démographiques. Lisez ce qui suit pour connaître les avantages exclusifs de chacun des principaux réseaux sociaux et pour savoir si vous devriez utiliser ces réseaux pour votre entreprise.

  • Facebook : Facebook est le premier réseau social, en particulier pour les commerces de détail. Avec plus d’un milliard d’utilisateurs actifs, Facebook est le réseau social le plus important et le plus avancé pour les magasins de détail qui souhaitent faire la publicité de leurs produits, afficher du contenu et interagir avec leur public.
  • Twitter : Tout comme Facebook, Twitter est un réseau social populaire qui offre aux entreprises la possibilité de faire de la publicité et de partager leur contenu avec des millions de personnes. Les entreprises de tous types peuvent utiliser efficacement Twitter pour tirer parti de leurs objectifs en matière de réseaux sociaux.
  • Instagram : Ce réseau social s’adresse principalement aux personnes âgées de 18 à 29 ans. Par conséquent, si vous essayez d’atteindre la génération millénaire dans une communauté photo-centrée, Instagram est une excellente option.
  • Snapchat : Snapchat n’est pas un outil de marketing traditionnel, mais il accueille environ 43,9 millions d’utilisateurs mensuels millénaires. À moins que les jeunes millénaires ne soient votre public cible, vous devriez probablement vous passer de ce réseau social.
  • Pinterest : Ce réseau fonctionne mieux pour les entreprises qui réussissent dans des niches spécifiques, comme les voyages, la nourriture, la beauté, la santé et la mode. Il serait préférable pour vous d’éviter d’utiliser cette plateforme si votre entreprise et votre contenu ne s’alignent pas sur ces industries.
6 leçons pratiques en intelligence artificielle que toute entreprise devrait savoir

6 leçons pratiques en intelligence artificielle que toute entreprise devrait savoir

L’IA n’est pas là pour changer le monde pour le pire : les outils plus intelligents représentent simplement la prochaine étape de l’évolution, tant pour les humains que pour les entreprises pour lesquelles ils travaillent. Voici ce que les chefs d’entreprise doivent savoir.

En tant que co-fondateur d’une société d’intelligence artificielle (IA), j’ai entendu beaucoup d’idées fausses sur ce que l’IA peut et ne peut pas faire. Certains pensent que les voitures volantes équipées de l’intelligence artificielle apparaîtront d’un instant à l’autre, tandis que d’autres pensent que l’intelligence artificielle n’échappera jamais aux limites d’une programmation limitée. La vérité, comme d’habitude, se situe entre les deux extrêmes, mais cette technologie est déjà plus compétente que la plupart des gens ne le pensent.

Où est l’IA aujourd’hui ?

Plusieurs chefs d’entreprise de premier plan, dont Bill Gates et Elon Musk, ont mis en garde la société contre les dangers de l’IA. Ils prétendent que l’IA va prendre des emplois aux humains, entraîner des accidents majeurs ou causer des dégâts importants à l’humanité.

Bien que je comprenne leurs préoccupations, ces craintes sont souvent exagérées. L’IA n’est pas là pour changer le monde pour le pire : les outils plus intelligents représentent simplement la prochaine étape de l’évolution, tant pour les humains que pour les entreprises pour lesquelles ils travaillent.

Pendant la révolution industrielle, les opposants ont prédit que de nouvelles machines élimineraient le besoin de main d’œuvre manuelle. Plus de 100 ans plus tard, les gens travaillent encore dans les usines. La différence ne réside pas dans leur statut d’emploi, mais dans le travail qu’ils accomplissent. Dans les années 1800, les ouvriers d’usine passaient leur temps à tourner des vis, tandis que les ouvriers modernes accomplissent des tâches plus délicates. Le travail n’a pas disparu, il a évolué.

Les outils d’IA d’aujourd’hui permettent aux humains de déléguer des tâches répétitives et manuelles à des machines, ce qui leur permet de mieux utiliser leurs capacités de raisonnement et leur logique humaine. Avec l’IA, on devrait être excité par les possibilités qui s’offrent à nous.

Ce que les entreprises devraient savoir sur l’IA

Tout comme les mécaniciens de la révolution industrielle ont mis des décennies à peaufiner leurs machines, les utilisateurs modernes de l’IA ne font qu’effleurer la surface du potentiel de cette technologie. Les développeurs de logiciels utilisent généralement l’intelligence artificielle comme un mot à la mode en marketing, mais plus ils comprennent le fonctionnement de cette technologie, plus ils en utiliseront les avantages uniques.

Par exemple, alors que certaines entreprises utilisent des schémas téléphoniques enregistrés pour guider les appels au service client, l’IA moderne permet aux entreprises d’identifier et de résoudre les plaintes courantes des clients sans aucune intervention humaine. Cela permet aux représentants du centre d’appels de passer plus de temps à travailler sur des cas complexes, augmentant ainsi la satisfaction des clients tout en économisant l’argent de l’entreprise.

Ce n’est qu’une facette d’une transformation globale. Les villes et les communes utilisent l’apprentissage automatique pour optimiser les itinéraires et prévenir les accidents. Les fournisseurs de courrier électronique dépendent de l’IA pour repérer les pourriels et suggérer des réponses en un seul clic pour les professionnels occupés. Les banques l’utilisent pour prévenir la fraude, les sites de réseaux sociaux l’utilisent pour engager les utilisateurs, partout où il y a des activités, il y a aussi l’IA.

Malheureusement, les entreprises modernes ne peuvent pas simplement prendre le téléphone et demander une installation d’IA pour répondre à leurs besoins. Bien que l’intelligence artificielle demeure un domaine émergent, il est déjà vaste, plein de subtilités qui peuvent faire ou défaire l’investissement d’une entreprise. Pour naviguer sur ce nouveau marché, les chefs d’entreprise doivent savoir à quoi s’attendre.

Au cours de cette série, nous traiterons plus en détail chacun de ces six domaines cruciaux de l’investissement dans l’IA :

1- Comment identifier les vraies solutions d’IA ?

Presque toutes les sociétés de logiciels prétendent aujourd’hui offrir des produits alimentés par l’IA. Qui est sincère, et qui présente du code limité comme étant un logiciel vraiment intelligent ? Les entreprises doivent apprendre à repérer les différences entre les innovateurs et les charlatants.

2- Comment négocier avec un fournisseur d’IA ?

Les entreprises qui vendent une véritable technologie d’IA offrent une valeur immense à leurs clients, mais la plupart des entreprises ne savent pas quoi acheter. Trop peu d’investissement pourrait nuire à l’efficacité de la solution, mais trop d’investissement pourrait nuire à la trésorerie de l’entreprise. En apprenant davantage sur l’offre, les décideurs peuvent entamer les négociations sur l’IA en toute confiance.

3- Comment mettre en œuvre l’IA ?

Un outil sur la touche n’aide personne. Pour tirer le meilleur parti des investissements en IA, les entreprises devraient apprendre où, quand et comment mettre en œuvre leurs nouveaux achats, et quelles personnes au sein de l’organisation devraient superviser leur utilisation.

4- Comment mesurer la performance de l’IA ?

Une bonne gestion des données va de pair avec une mise en œuvre optimale de l’intelligence artificielle. Avec les bons repères et les bons outils de mesure en place, les organisations peuvent suivre l’efficacité de leurs investissements en IA et s’assurer qu’elles tirent le maximum de valeur de leurs outils.

5- Comment favoriser l’adoption des logiciels d’IA ?

Les stratégies d’adoption stratégique sont essentielles au succès de la mise en œuvre de l’IA. Certains employés seront toujours opposés au changement (en particulier le changement technologique), c’est donc à la direction de l’entreprise de combler le fossé et d’assurer un processus d’adoption sans heurts.

6- Comment utiliser l’IA pour former les nouveaux employés ?

Une mauvaise embauche coûte aux employeurs des millions de dollars en productivité gaspillée chaque année. L’IA peut réduire considérablement ces coûts en aidant les nouveaux employés à apprendre rapidement les ficelles du métier. Grâce à une formation efficace, une personne qui allait démissionner peut devenir un élément essentiel de l’organisation.

 

Chaque jour, de plus en plus d’entreprises mettent en œuvre des technologies basées sur l’intelligence artificielle. Il y a ceux qui apprennent les capacités qu’offre cette technologie, pourquoi ils en ont besoin et comment l’utiliser et qui jouiront d’un avantage concurrentiel majeur tandis que leurs concurrents hésitants auront du mal à suivre le rythme. Dans la prochaine partie de cette série, nous allons expliquer comment on différencie l’IA véritable des solutions vendues sous le nom d’IA afin que les chefs d’entreprise puissent se mettre sur la bonne voie.