Charles Rosier, entrepreneur et homme d’affaires, a toujours été féru de science et de médecine. Depuis plusieurs années, il est associé au professeur Augustinus Bader, spécialiste en médecine régénérative et à l’origine d’un traitement basé sur les cellules souches. Récit d’une rencontre féconde au service d’un projet humain et innovant.

Charles Rosier place le business au service de la recherche médical

Charles Rosier est né à Paris en 1973. Dès l’adolescence, il s’intéresse aux sciences, à la médecine et à cette machine mystérieuse qu’est le corps humain. Collégien, il se passionne pour les disciplines scientifiques, plus particulièrement les sciences de la vie et de la terre. Lycéen, il prépare un baccalauréat scientifique et hésite longtemps à s’engager dans des études de médecine. Il y renonce finalement pour s’orienter vers son autre passion : le monde des affaires et l’entrepreneuriat. Mais cette passion pour l’univers scientifique ne l’a jamais abandonné. Il ne cesse de s’intéresser à la médecine, restant à l’affut des dernières avancées de la recherche. Charles Rosier est la preuve vivante qu’il est tout à fait possible, à force de volonté et d’imagination, de concilier deux passions. Dès les premières années de sa vie professionnelle, l’homme d’affaires investit une partie de ses économies personnelles dans Miravant, une société spécialisée dans les biotechnologies. Miravant mène des activités de recherche et développement dans le domaine des traitements de lutte contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). En 2008, Charles Rosier soutient les recherches du professeur Etienne Emilie Baulieu. Fondateur de l’Institut Baulieu, Etienne Emilie Baulieu a créé en 2000 MAPREG, une société de biotechnologie spécialisée dans la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux, la tétraplégie, les troubles neurologiques et les troubles de dépression. C’est en 2013 que Charles Rosier fait la découverte des travaux du professeur Augustinus Bader sur la régénération cellulaire. Impressionné par les résultats de ses recherches et animé par la volonté de contribuer à un projet utile pour la société, il prend l’initiative de le contacter. Les deux hommes se rencontrent et choisissent de s’associer pour développer l’application médicale des traitements créés par le professeur. Depuis cette date, Charles Rosier consacre 100% de son activité professionnelle à ce projet.

Augustinus Bader, pilier de la médecine régénérative

Le professeur Augustinus Bader est, depuis la fin des années 1990, directeur de biologie cellulaire appliquée et de technologie cellulaire à l’Université de Leipzig en Allemagne. Reconnu par ses pairs comme un chercheur de talent, Augustinus Bader consacre ses travaux à la médecine régénérative. Il est à l’origine d’un traitement innovant fondé sur l’utilisation de ces cellules souches. L’originalité de la démarche tient à la méthode utilisée. Sans entrer dans les détails scientifiques et techniques, rappelons que la méthode classique se compose de trois étapes. La première consiste en l’extraction des cellules souches d’un corps humain, la seconde en la culture de ces cellules en laboratoire (ingénierie tissulaire) la troisième en l’injection des cellules dans un autre corps humain. Cette technique comporte plusieurs inconvénients. Elle est tout d’abord très onéreuse et expose à des risques de rejet non négligeables et augmente le risque de cancer sur le moyen et long terme. La méthode de médecine régénérative développée par Augustinus Bader se veut à la fois moins coûteuse, plus efficace et plus sûre. Résumée en quelques mots, elle consiste à envoyer des signaux aux cellules souches dormantes du patient pour les activer et enclencher un processus de régénération. Le patient développe ses propres cellules souches, ce qui élimine de facto le risque de rejet. La méthode a été baptisée « méthode ABC », pour « Activate, Boost, Commit ». Les travaux d’Augustinus Bader, qualifiés par certains de révolutionnaires, ont fait de ce chercheur l’une des références mondiales dans le monde de la biomédecine. Le traitement développé par le chercheur a fait l’objet de nombreux essais cliniques et de plusieurs dépôts de brevet. Il est utilisé par des chirurgiens depuis plus de dix ans, notamment dans le traitement des blessés et des personnes victimes de graves brûlures. La méthode d’Augustinus Bader a également été appliquée dans le traitement de patients malades de Parkinson. Elle a aussi stoppé l’évolution d’une sclérose en plaque ou encore évité la tétraplégie à un patient dont la moelle épinière était grièvement endommagée. Ce sont ces succès très prometteurs qui ont conduit Charles Rosier à collaborer avec le professeur de Leipzig.

Une collaboration au service d’un projet socialement utile

Au cœur de cette collaboration entre Charles Rosier et Augustinus Bader, il y a une conviction, un espoir : celui de réussir à guérir de nombreuses maladies aujourd’hui mal soignées. De cette rencontre fructueuse entre l’entrepreneur et le chercheur, deux sociétés ont vu le jour : ASC Skin Therapeutics et ASC Regenity, toutes deux basées à Londres. ASC Skin Therapeutics a été créée pour explorer les applications médicales possibles du traitement développé par le professeur Augustinus Bader. La structure ASC Regenity, quant à elle, a été fondée pour organiser la commercialisation d’une crème antivieillissement conçue pour le visage. Elaborée à partir du traitement d’Augustinus Bader, cette crème a pour particularité de réunir plus de 40 principes actifs : des vitamines, des lipides, des protéines, des acides aminés. Son utilisation permet de reconstituer la jeunesse et l’élasticité de la peau. L’objectif derrière cette activité est d’utiliser une partie des recettes issues de la vente de cette crème pour financer les recherches d’Augustinus Bader et les essais cliniques. Ce qui motive ces deux hommes passionnés, c’est un désir sincère de servir l’intérêt général et la conviction de participer à un projet de santé publique. Ils ont d’ailleurs fondé, en parallèle à ces deux sociétés, un organisme caritatif ayant pour but de venir en aide aux personnes qui n’ont pas les moyens financiers d’accéder à un traitement. Cet organisme finance notamment des équipements pour la rééducation des patients. C’est un aspect de leur projet qui leur tient particulièrement à cœur. Plusieurs investisseurs de renom ont rejoint cette aventure au développement prometteur, dont Jacques Veyrat, connu pour ses activités de chef d’entreprise et ancien PDG du Groupe Louis Dreyfus. Signe de son succès, la crème « Augustinus Bader » a été nominée dans l’édition 2018 des British Vogue Beauty Awards. C’est avec impatience que sont attendues les nouvelles applications médicales de la méthode « ABC ».